16 juillet 2020

Un chantier de rève pour les Tata Tagueuses

Réalisation dans la joie et la créativité partagée de notre fresque de l'été avec les amies du groupe de street art Tata Tagueuses "featuring" Joris! Beau chantier sur une maison en rénovation sur la baie de Saint Jean de Luz. Venus, Poséidon et un chipiron énervé... réunis pour le meilleur... La version longue ci dessous!
15 juillet 2020

Hizelaya inaugure sa fresque à Irella

  Suivons Hizelaya pas à pas, avec ses notes et une petite video réalisée lors de l inauguration en famille! Hizelaya raconte son projet! Voilà un très beau défi: la réalisation d’une fresque extérieure qui représente la famille de Scorbiac installée à Saint Jean de Luz. D’habitude j’aime pas trop les commandes ! En plus un portrait de la famille … j’avais un peu les jetons. J’ai en tête une expérience plutôt réussie dans un appartement des Batignolles, alors pourquoi pas ? Allez on y va! Je reprends le même protocole: N°1: un  interview le plus précis possible. Celui-ci s’est passé dans mon atelier 9 rue d’argentine le 15 décembre 2019.  Je les enregistre : une touche océan …je sais pas  on vient du sud ouest , on aime l’Espagne, voir l’océan qui va vers l’Espagne , on aime la vue du golf d’ilbarritz…un petit taureau ….avec une touche art déco Bruno : il faut que ca plaise à Vincent Béraud-Sudreau qui collectionne les Surgen. N° 2 Un accord franc et massif sur l’ esquisse. Je leur propose un couple de danseurs avec un taureau. Des joueurs de pelote basque avec un surfeur dans le lointain et les trois couronnes.Bruno et laure sont d’accord pour la composition des joueurs de pelote ( je me suis inspirée d’une tableau du peintre basque Félix Bonnet appelé Tobeen). Je prépare mon sujet sur une toile au format. Tout roule. N°3 une maitrise de la technique Comment bien préparer le support ? Quelle peinture va résister aux intempéries de notre beau pays, Comment protéger l’oeuvre pour qu’elle soit encore la dans 500 ans.  Démarrage le 15 mai 2020à 9h (au lieu du 15 avril, COVID oblige):   Première esquisse à l’ombre naturelle et au pinceau. Je ne suis pas très à l’aise sur l’échelle et n’ai aucun recul. Je vous fais grâce de chaque étape (ce serait trop long). Ce qui est sur c’est que je pensais travailler seule et tranquille. Je travaille avec toute la famille: Cyprien et Batiste, puis Palmyre et Grégoire, Laure …et Bruno le week end. Le télé travail c’est bien, mais voir, en vrai, une artiste peindre, refaire, pester, re-re-refaire, ça leur plait. Ouf! Ça c’est juste passé comme ça … de l’humour, des rires et des petits cafés. Tellement chaleureux. Il est très important de comprendre que lorsque je commence une oeuvre je ne sais jamais comment sera elle sera au final. L’oeuvre est vivante. Elle est pas d’accord.Elle respire comme vous et moi. Elle exige des motifs. Bruno arrive du bureau un vendredi soir et me reproche que la fresque ne soit pas la représentation fidèle du modèle qu il avait approuvé. Je lui lance énervée un petit nom d’oiseau et il se tient pour dit. Autre : Un matin, j’arrive et j’ai rêvé durant la nuit de coller un masque mystérieux sur le visage matador. Hurlement du patron ! Le covid c’est détriment ! J’en veux pas ! « Ce détail du masque qui permettra dans 100 ans de dater l’œuvre fera exploser le prix de cette propriété !!! » Vincent Béraud Sudreau, grand connaisseur, me soutient et je veux le remercier ici!  Deux semaines de travail intenses ont été nécessaires. Ce n’est pas un portrait de famille. C’est une peinture poétique en symbiose avec une famille. Et je vais vous dire pourquoi je l’aime. -     Le XXIème siècle est celui de la femme. Elle s’impose au premier plan. -     Le symbole du matador est double, c’est l’Espagne et c’est la niaque dans la vie. -     Le mauve résonne avec la pierre de la Rhune. -     Les bleus et les verts répondent à la charpente. Le turquoise et le blanc c’est bang ! -     La vierge de Muskoa de Socoa que vous connaissez  protège la famille de Scorbiac pour des générations comme elle protège les marins qui partent en mer.  Je suis très fière et si heureuse d’avoir réalisé cette fresque. Et voilà!   Une belle expérience partagée avec bonheur avec Laure et Bruno! V Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman","serif"; border:none;}
30 mai 2020

Reprise de l'expo de mes monotypes chez Stéphanie Peyrissac

POUR CEUX QUI NE L’ONT PAS ENCORE VUE, CEUX  QUI  VEULENT  RE-VOIR l’EXPOSITION, ET CEUX QUI VEULENT SE CHANGER LES IDEES! « Les monotypes d’ Hizelaya » L'exposition redémarre à partir du 25 mai chez Stéphanie Peyrissac. Nous avons hâte de vous y retrouver!   C’est simple,  envoyez un texto pour prévenir de votre venue au 06. 09. 87.20 .65. Nous ne serons pas plus de 5 à chaque rendez-vous et appliquerons les règles barrière.  Abrazzo muy muy fuerte Allez vite découvrir le  superbe catalogue virtuel de l’exposition:  http://www.collectionstephaniepeyrissac.com/catalogue_hizelaya/ www.collectionstephaniepeyrissac.com   Stéphanie Peyrissac Fauconnier 9 avenue de Lamballe 75016 Paris Mobile : 33 (0)6 11 72 55 88 contact@stephaniepeyrissac.com Vous pouvez aussi suivre mes actualités pas à pas sur le blog Hizelaya-leblog.fr ou le site internet Hizelaya.fr. A très vite! v\:* {behavior:url(#default#VML);} o\:* {behavior:url(#default#VML);} w\:* {behavior:url(#default#VML);} .shape {behavior:url(#default#VML);} Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}
27 mars 2020

Joli papier sur Baskulture sur le travail à la réunion: Hizelaya, entre « Street Art » et Monotypes !

Joli papier sur Baskulture sur le travail à la réunion/ Fin janvier, accompagnée de l’artiste Joris Delacour, spécialisé dans le Street Art, Hizelaya était partie une quinzaine de jours à l’Île de la Réunion pour réaliser avec trois artistes réunionnais la fresque murale intitulée « Transmission ». Aujourd’hui confinée dans son atelier à Urrugne, entre deux lectures de Camus, « la Peste » et les « Noces » aux notes plus optimistes, l’artiste-peintre a souhaité nous raconter son périple. © « J’ai été merveilleusement bien accueillie à la Réunion. La gentillesse des habitants m’a vraiment emballée. Ici, malgré la pauvreté, et bien que la population soit constituée d’ethnies très différentes, tout le monde s’entend bien ». C’est avec trois artistes réunionnais, Ferendo, Cédric et Nelson qu’Hizelaya a réalisé une fresque murale commandée par l’Association La Maison du Quartier des Tamarins de Sainte-Clothilde. La peinture murale « Transmission » est symbolisée par une clef dans un paysage à la végétation luxuriante, dans l’esprit du Douanier Rousseau. Elle a été conçue dans le but d’apporter un savoir-faire aux jeunes afin d’ égayer le quartier Sainte-Clothilde à Saint-Denis. Techniquement, il avait fallu louer une nacelle. Puis, à partir d’une esquisse sur papier reproduite sur un grand puzzle, chacun des artistes avait représenté une pièce de la composition murale. Une forme de travail collectif et un partage qu’Hizelaya avait déjà pratiqué en France à plusieurs reprises, à deux ou trois mains avec ses amis artistes. A son retour de la Réunion, l’ancienne élève des Beaux-Arts qui avait travaillé dans la communication, continua son périple artistique dans le but d’exposer en mars à Paris des monotypes sur divers supports aux couleurs pastelles presque à l’image des paysages des « Noces » de Camus. Une exposition organisée à Paris par la petite fille du peintre Jean Peyrissac, l’historienne d’Art Stéphanie Peyrissac, que vous pouvez consulter sur le blog d’Hizelaya : Hizelaya-leblog.fr ou le site internet Hizelaya.fr Reproduction de l'article de Baskulture: 26/03/2020 22:26 | Anne de Miller-La Cerda
17 mars 2020

Mes Monotypes, la révolution d'une nouvelle inspiration modulée par l'art de l imprévu

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;} « Merci chère Stéphanie PEYRISSAC de présenter cette série de monotypes qui est une révolution dans mon travail »  Hizelaya Au fait c'est quoi un monotype? :  le monotype ou estampes est un procédé d’impression sans gravure qui produit un tirage unique. Il s’agit de peindre à l’encre ou à l’huile sur un support non poreux comme du verre, métal ou plexiglas. La peinture est ensuite pressée sur un papier, avec plus ou moins de pression. On obtient ainsi différentes valeurs. Suivez mon travail pas à pas! Notes d’atelier - Ateliers des Beaux-Arts de Glacière: Nov. 2016 à Déc. 2016 Lundi 7 novembre « C’est ma quatrième année aux Ateliers des Beaux-Arts de la Ville de Paris. Ce matin là, je suis intriguée par le travail de Dominique. Elle me montre sa technique d’estampe à partir d’un plexiglas. Ca me donne envie d’essayer ». Mardi 14 novembre « Je vais chercher des chutes chez Weber métaux dans le 3ème et je choisis avec attention chez Sennelier le papier idéal, souple et un peu absorbant. Vivement demain, j’ai hâte de commencer. Jeudi 17 novembre « J’installe une très grande corde à linge avec des pinces en vue de faire sécher mes futurs travaux. Je sors mon plexiglas et sélectionne un petit nombre de teintes; cobalt, ocre jaune, ombre naturelle, bleu outremer, sienne naturelle. Premier essai : Je peins sur le plexiglas. Je presse le papier sur le plexiglas. J’attends 2 minutes. Mais l’expérience est ratée. J’ai enduit le papier de caparol (genre de colle), donc il n’y a rien sur la feuille. Le deuxième essai est mieux. Le papier a absorbé la couleur. Les ateliers ferment à 18 h, je dois partir. Roland le gardien me met dehors ». Lundi 21 novembre « Il y a peu de monde à l’atelier le lundi car notre professeur Gonzalo Belmonte n’est pas là . C’est différent comme ambiance. On se conseille les uns les autres. Je refais plusieurs estampes représentant la campagne autour de mon atelier; En glissant quelques gouttes de térébenthine, j’obtiens des auréoles, c’est intéressant ». Jeudi 24 novembre « J’apprécie le côte insouciant du papier. Si une composition ne me plaît pas, je découpe la partie moins intéressante et la colle sur une autre estampe. Je suis à l’aise ». Je sens que mon travail évolue. Je réalise que le fait de partir sans but précis, en passant par des chemins détournés, fait émerger un certain mystère. Mardi 29 novembre « Naturellement, dans mon paysage, il y a une femme. Elle regarde loin devant. Elle a une amie proche ». Jeudi 1er décembre « Je découpe des éléments et les intègrent dans d’autres compositions. Je place des lettres au hasard. Cet après-midi là, je peins la plage. Et l’enfant ». Mardi 6 décembre « Travail sur d’autres supports que le papier; alu, cuivre, sac poubelle, calque, tissu ». Jeudi 8 décembre « J’associe des objets de mon quotidien dans mes paysages, un séchoir à cheveux, un aspirateur. C’est marrant ». Mardi 13 décembre « Près de 30 estampes crées. Je rajoute une deuxième corde à linge ». Jeudi 15 décembre « Je regarde l’ensemble de mes estampes avec satisfaction. Ce nouveau langage est important à deux titres : - Au lieu de me précipiter vers la mise en forme, avide de trouver du sens, la technique de l’ estampe m’a appris à apprécier et rechercher l’aléatoire, la surprise . - Cette technique a rendu possible la cohabitation de mes deux bébés : la femme et le paysage.  « Un grand merci , chère Françoise-Claire Pour ton aide précieuse dans la réalisation de mon premier livre d’artiste: le cahier Atelier + » . HIZELAYA Réalisée entre 2017 et 2019 cette suite de monotypes se situe à un moment charnière dans la réflexion et le travail d' Hizelaya. Ce moment sans doute fondateur, est celui d'un questionnement marqué par le retour à l'expérimentation, en quête d'un nouveau souffle. Sur les raisons de cette nécessité et/ou de ce désir, on ne peut qu'écouter l'artiste qui invoque son histoire familiale : le poids symbolique d'un père peintre qu'elle s'est peut-être interdit de dépasser, ou avec lequel du moins, elle n'a jamais prétendu rivaliser... Mais aussi ce travail de peinture qui lui a valu un certain succès et qui l'a sans doute momentanément détournée de cette nouvelle recherche. Il a fallu marquer une pause, retourner aux ateliers des beaux-arts de la Ville de Paris et à l'esprit de collectivité qui les caractérise, pour que s'exprime ce besoin de liberté que la technique du monotype met en évidence. Cette approche plus expérimentale révèle Hizelaya à elle-même... qui évoque aujourd'hui ce renouveau dans lequel affleure plus de sensibilité, et où elle s'autorise une forme de délicatesse, de fragilité qui la ramène à la poésie qui l'accompagne depuis l'enfance. Le paysage constitue le point de départ ou l'origine de la plupart de ses pièces : fragmenté ou mis à distance par le biais du souvenir, c'est un paysage mental, une topographie émotionnelle à travers laquelle l'artiste abandonne ses dernières résistances ou freins pour mieux déployer son propos. La couleur, les supports, la subtilité des différents effets, la trituration de la matière, tout témoigne ici d'une jubilation face à la peinture réinvestie comme une expérience dont les enjeux sont plus que jamais ceux de l'art. Françoise Claire Prodhon Janvier 2020
09 mars 2020

Joris a tous les talents: superbe video de notre fresque à la Réunion

Une belle aventure culturelle à Saint Denis de la Réunion !!! Au mois de novembre dernier, trois Street Artistes, du quartier des Tamarins à Sainte Clotilde, Ferrando (GRAFFIT'ART & HOBBIE), NEKS (Nelson) et CEDZO (Cedric), (animateurs de l’association de la Maison de quartier des TAMARINS) constatent que pour progresser dans leur art, ils doivent aller se former à Paris, car ils rêvent d’étendre leur passion du graffiti et désirent aussi continuer à la transmettre aux jeunes de leur quartier. Ils cherchent sur internet un professeur et contactent Joris, un Street Artiste reconnu en métropole, tant par ces créations positives et colorées, que par son attrait pour la transmission lors des Ateliers Graffiti qu’il donne à de nombreux endroits. Venir à trois à Paris est compliqué et cher, les 3 artistes proposèrent à Joris de venir à la Réunion et de peindre le local de l’association des Tamarins, et permettre de faire vivre des Ateliers de Graffiti avec les jeunes du quartier sur ces murs. Joris leur propose alors une idée particulièrement ambitieuse, celle de venir plus longtemps, venir aussi bénévolement, pour qu’il ai aussi le temps de réaliser une grande fresque en hauteur, haute en couleur, et que cela est aussi la forme d’un Atelier de découverte à l’Art de la réalisation de la fresque. Ferrando a alors l’idée de proposer à la mairie un projet de réalisation d’une grande fresque de 15x3 mètres pour décorer la façade d’un immeuble aux Tamarins à Sainte Clotilde. La mairie et l’association des Tamarins sont séduits et Joris, enthousiasmé par ce projet artistique et communautaire accepte de venir gratuitement pour transmettre son art et collaborer avec les animateurs, artistes et jeunes du quartiers. Le projet est lancé. Joris arrive le 27 janvier. Il est rejoint par Hize, une artiste basque reconnue, passionnée par le projet, avec qui il collabore en France. L’équipe se met en collaboration et au travail, et au bout de 7 jours la fresque est terminée. « Transmission » c’est le titre de l’oeuvre, réalisée par cette équipe nouvellement créée, et elle éclate de couleurs. Une grande clé tenue par une main se dresse vers le ciel et transperce une végétation luxuriante. C’est la clé qui ouvre toutes les porte de la vie pour ceux qui acceptent de la tourner, la détenir, de la transmettre, et de tout faire pour atteindre leur idéal. C’est ce qu’on fait les trois artistes réunionnais qui ont décidé de prendre leur avenir en main, vivre de leur passion, et devenir égaux des meilleurs et travaillent dur pour y arriver. Longue vie à l’Art et sa transmission… Une fois la fresque réalisée, l’équipe a également décoré de quatre portraits monumentaux le local de l’association des Tamarins. C’est la première fois que nos trois artistes sous la conduite de Joris et de Hize ont réalisé une si grande fresque ensemble et des portraits dont l’exécution demande une technique particulière. Un des portraits est celui de Marina, membre de l’association. Plusieurs membres de l’association ont participé à la réalisation de cette œuvre artistique collective. Le tout dans la joie et la bonne humeur… Mission accomplit pour Ferrando, Nelson, Cedric, Joris et Hize. Une amitié est née. Une histoire commence. Les trois artistes réunionnais n’en resteront pas là. Ils ne le savent pas encore, mais ils vont réaliser de grandes choses à la Réunion, car certains, parmi les amoureux de la peinture contemporaine, les maires qui doivent embellir leurs quartiers, les chefs d’entreprises qui souhaitent décorer leurs locaux vont faire appel à leur talent. Alors à l’année prochaine, Joris et Hize ont promis de revenir ! JORIS DELACOUR :http://joris.fr/ ASSOCIATION TAMARINS : https://www.facebook.com/maisondequar... GRAFFIT'ART & HOBBIE : https://www.facebook.com/GraffitArt-H... HIZELAYA : http://www.hizelaya.fr/
09 mars 2020

Vernissage de mon exposition de monotypes

  Stéphanie Peyrissac accueille Hizelaya et ses monotypes jusqu'au 17 Mars (initialement prévue jusqu'au 2 avril, l exposition a du être interrompue en raison de la crise du corona virus).