2016 • 2017 







Un retour au Pays basque après 4 ans de recherche

Pour sa première exposition après 4 ans d’études aux Ateliers des Beaux-Arts de Paris, l’artiste tenait à choisir sa terre de coeur, le Pays basque, avec laquelle elle a une forte connexion.
En reprenant une formation en 2014, Hizelaya souhaite questionner sa façon de peindre, faire un pas de côté et identifier cette quête qui guide les artistes.
La tâche est ardue, parfois douloureuse mais porte ses fruits. La peintre expérimente l’importance du chemin de la création par rapport à l’objet fini de la toile et découvre ce qu’elle détient en elle en tant que plasticienne : le rêve, le transcendantal, la prière.

Une peinture d’archétypes liés à un territoire

Hizelaya a sondé ce qui lui est essentiel pour ensuite le traduire sur l’espace pictural. Il en résulte une imagerie qui fait sens auprès du plus grand nombre. L’artiste explore des aspects intemporels, inscrits
dans l’inconscient collectif d’un territoire et transmis de génération en génération. Elle évoque ainsi la nature sanctifiée (la Rhune, les Trois Couronnes, le rocher de la Vierge), les rassemblements populaires (Fêtes de Bayonne, corrida, toro de fuego, pelote), les symboles (stèle et croix basques). Elle rend hommage également à Ramiro Arrue qui marque sa carrière de peintre tout comme il a marqué la région.
Ce n’est pas moins de 40 toiles (petits et grands formats) qui composent cette exposition.

Rencontre du passé et du présent dans l’espace pictural

La peintre superpose deux mondes dans ses tableaux. Sur la surface de la toile se déploie une peinture lâchée, parfois abstraite, aux couleurs souvent vives faites de pigments ou peint à la bombe. Un plexiglas vient recouvrir cette couche sur laquelle elle s’emploie à représenter ces archétypes. Nous basculons alors dans la figuration. Deux univers s’entrechoquent et se mêlent.
Ils sont ce qu’Hizelaya était et ce qu’elle est aujourd’hui en tant qu’artiste. Au spectateur d’identifier qu’elle couche correspond à quelle époque.

La superposition d’images fait aussi écho à notre société actuelle qui en est envahie. La peintre, par cet effet de profondeur et de transparence, invite à voir au-delà du visible pour accéder à un autre monde, rôle qui lui tient à coeur.

L’artiste présente tout au long de l’exposition

Il importe à Hizelaya de pouvoir échanger avec le visiteur et ainsi de lui faire pénétrer un peu plus son univers. C’est pourquoi elle sera présente toute la durée de l’exposition et répondra avec grand plaisir à la curiosité des spectateurs.
En dehors des horaires d’ouverture, l’exposition est également accessible sur rendez-vous, il suffit de contacter l’artiste par téléphone.

Un mot sur l’artiste

Hizelaya expose pendant 10 ans avant de faire une pause en 2014 pour reprendre des études durant lesquelles elle explore aussi bien des aspects techniques que sa pensée créative.
Elle travaille également des sujets comme la femme ou la pelote basque. Par ailleurs, elle développe une autre pratique plastique qui relève du street art.
En 2019 elle devrait partir en résidence de création en Asie.
Son actualité est à suivre sur son blog http://hizelaya-leblog.fr/